Disaster Recovery Plan

Le Disaster Recovery Plan, en français Plan de Reprise d’Activité, est un dispositif permettant de s’assurer que, en cas de désastre, on serait capable de retrouver et de remettre en œuvre le système d’information, à partir des sauvegardes ou des snapshots (en français cliché ou instantané).

A quoi cela sert-il?

Ce n’est pas le jour où il y a le feu qu’il faut s’assurer que les extincteurs fonctionnent, il faut s’en être assuré auparavant. Le DRP est donc en quelque sorte l’exercice d’incendie.

A quoi cela vous sert-il d’avoir une sauvegarde très au point, rapide, si, lorsque vous en avez besoin, elle est inutilisable? Ne serait-ce que parce que la restauration du système prendrait un temps fou?

En quoi cela consiste-t-il?

Cela consiste tout simplement à faire comme si on avait tout perdu et a mettre en œuvre le processus de restauration que vous aviez prévu dans un tel cas.

Cela suppose donc déjà de… l’avoir prévu. Et non pas de s’être dit : « bof, on verra bien, en cas de désastre c’est bien le diable si on n’arrive pas à restaurer! ».

Que valide-t-on?

Vous validez:

  • votre processus de sauvegarde,
  • votre processus de restauration des données.

Comment valide-t-on?

En vérifiant que vous avez pu restaurer toutes vos données. En générale, vous faites cela sur une autre machine, ou dans un autre répertoire de votre machine habituelle.

Si vous employez la deuxième méthode, cela suppose que votre disque doit être à moins de 50% d’occupation, puisque vous allez tenter de faire un double de vos données.

Qu’est ce qui pourrait invalider mes processus de sauvegarde et de restauration?

Les facteurs d’invalidations sont divers et variés :

  • la sauvegarde s’est mal passée (par accident),
  • la sauvegarde se passe mal parce qu’elle est mal conçue,
  • la restauration s’est mal passée par accident : en toute rigueur ce n’est pas bloquant, il suffit de la recommencer, sauf si:
  • la restauration se passe toujours mal car elle est mal conçue,
  • tout se passe bien mais cela prend, ou prendrait, des mois ou des années (donc en fait, tout ne se passe pas bien 🙂 )

Le faire sur la machine où on travaille

Il faut impérativement faire cela sur la machine où on travaille, et non pas sur une autre machine qui ne servirait qu’à cela. Il faut vraiment se mettre dans les conditions où on serait en cas de désastre. Si on fait le DRP sur un autre machine, on pourra très bien avoir un faux test de réussite: la restauration ne marche que si on est sur cette seconde machine, mais dès qu’on passe sur la machine utilisée tous les jours, ça ne marche plus.

Quand doit-on en faire?

Personnellement je fais un DRP environ tous les mois. Les sauvegardes, elles, peuvent être plus fréquentes.

Ok, demain je commence 🙂